Logo Folioscope

Le blog de Folioscope

La valorisation de votre patrimoine historique : un atout stratégique pour votre entreprise

Commençons par un point de terminologie. Dans le cadre de l’entreprise, le terme « patrimoine » sera préféré à celui d’« histoire » . Ceci permet de faire la distinction entre la discipline scientifique, qui est large et qui analyse l’ensemble des événements du passé et le patrimoine qui procède à une sélection de faits, de contenus que l’on vient piocher dans le passé de l’entreprise et qui sont utilisés pour répondre à des enjeux spécifiques. Par ailleurs, ce terme a l’avantage d’insister sur l’action, c’est-à-dire la constitution d’un patrimoine. En effet, le patrimoine d’une entreprise n’est pas accessible de manière instantanée. Il est le résultat d’une réelle volonté de sauvegarde des traces du passé, par le biais d’une politique active d’archivage, de documentation ou de préservation de la mémoire.

Que ce soit pour vos cibles internes ou externes, ce patrimoine peut venir appuyer votre stratégie d’entreprise, vos actions de communication et de recrutement, votre image de marque ou encore vos projets d’innovation. En effet, mise en œuvre dans le cadre d’une stratégie globale, elle répond à de nombreux enjeux auxquels l’entreprise est confrontée aujourd’hui.

DONNER DU SENS

Le premier enjeu est celui du sens, au propre comme au figuré. Il s’agit de faire le lien entre passé, présent et avenir, de sélectionner les faits qui viennent illustrer l’histoire, d’éclairer les choix pour l’avenir, de  montrer comment l’entreprise a réussi à s’adapter, à être solide tout au long de son parcours. Donner du sens est d’autant plus important aujourd’hui, à l’heure de mutations importantes, qu’elles soient digitales, managériales, sociales, économiques, etc...

Certaines personnes estiment que l’innovation ne peut pas se conjuguer avec le passé de l’entreprise au risque d’oublier le sens de l’histoire. Si l’innovation est complètement déconnectée de l’histoire de l’entreprise, il sera alors plus difficile d’expliquer les choix à l’ensemble des parties prenantes : actionnaires, salariés, public externe. L’enjeu de la justification de l’innovation se fait au contact de l’histoire de l’entreprise.

CREER DES LIENS

Le partage du patrimoine de l’entreprise en interne, vis-à-vis de ses salariés est un axe fondamental. Dans ce contexte, le deuxième enjeu auquel la valorisation du patrimoine peut répondre, c’est la création de liens entre les collaborateurs et leur renforcement.

Cette question du partage entre générations est fondamentale, compte tenu du changement qui a lieu en ce moment dans la pyramide des âges en entreprise. Les chiffres de l’INSEE indiquent que parmi les personnes qui occupaient un emploi en 2009, quasiment 8 millions, soit trois sur dix, devraient avoir quitté définitivement le marché du travail à l’horizon 2020 : comment faire pour que la relève dialogue avec les anciennes générations ? D’autre part, il est de plus en plus difficile de créer des conditions favorables à des échanges entre collaborateurs au sein de l’entreprise (et le télé-travail qui se généralise ne va pas simplifier cet état de fait). Le patrimoine est une solution concrète à ces questions de dialogue entre générations. Il permet de créer du lien, cela peut être dans le cadre d’un échange lors d’une conférence ou d’une projection d‘un film historique, d’une rencontre entre anciens et jeunes embauchés ; les formats peuvent être très divers.

RENFORCER LES VALEURS DE L’ENTREPRISE

La valorisation du patrimoine, en mettant en exergue certaines valeurs, permet de ré affirmer voire d’enrichir la culture de l’entreprise.

Mettre en avant ses valeurs et sa culture d’entreprise peut se révéler être une bonne stratégie en B2B, surtout à l’international, envers des clients américains ou asiatiques. Ces derniers aiment bien savoir à qui ils ont affaire. L’histoire compte pour eux, c’est véritablement une preuve de solidité, permettant d’établir des relations de confiance.

Si une entreprise ne travaille pas sur son histoire, elle est en un danger. A l’image de la communication de crise, il faut pouvoir se préparer au fait que les moments sombres de l’histoire de son entreprise resurgissent, et donc anticiper ce moment, préparer des scénarios, des discours en s’appuyant sur les faits avérés de son histoire. En prenant du recul, il est plus facile de justifier certains moments difficiles, la façon dont l’entreprise a su rebondir, corriger, s’améliorer.

Mais attention, ce travail ne doit pas se résumer à un simple discours marketing axé uniquement sur la vente (et que l’on remarque par l’ajout d’un “Depuis” accolé à certains logos de marque). Ce discours doit reposer sur des fondements historiques et sur un savoir-faire attesté, notamment par des archives, afin de retracer une histoire crédible et non se contenter d’être un  storytelling  dénué de sens. Pour cela, le travail archivistique est essentiel afin de retrouver les pièces qui viendront étayer le discours du marketing.

COMMENT FAIRE FACE A DES POSITIONS TRES TRANCHEES ?

Quand on parle d’histoire en entreprise les positions de chacun sont souvent très tranchées. Certains comprennent immédiatement les enjeux de son utilisation, d’autres au contraire pensent que l’histoire n’est pas un axe stratégique. Le rapport à l’histoire est subjectif, sensible : si l’interlocuteur n’a pas une première sensibilité pour le sujet, il faut apporter un maximum d’arguments pour convaincre.

Il faut donc constamment démontrer le caractère stratégique de l’utilisation des archives historiques afin de répondre aux différents enjeux de l’entreprise : dans le domaine des ressources humaines, de la conduite du changement, de la gestion des risques, de la production et de l’activité commerciale, de la recherche et de l’innovation, du marketing, de l’image de marque, etc. Ne pas gérer son patrimoine aujourd’hui peut se révéler être une véritable entrave au développement de votre entreprise demain.

TOP